Vous êtes ici

- LA PETITE DANSEUSE DE QUATORZE ANS

« Ce livre passionnant est un tombeau pour Marie et ses semblables, mais aussi un miroir ou se lit notre conception de I'art et de la beauté. Camille Laurens nous dit à quel point la petite danseuse a cristallisé les questions sociales, esthétiques de son temps. Aujourd'hui encore, de sous ses paupières baissées, la statue, énigmatique, transformée en « objet de première nécessité », nous regarde et sonde nos âmes. » Le Magazine littéraire

 

« Avec patience et méthode, Camille Laurens a mené une enquête qui se révèle passionnante. » L’Obs

 

« Camille Laurens consacre un livre magnifique à ce petit rat de l'opéra, Marie, que la postérité a oubliée, dont la littérature se souviendra. » Marianne

 

« Un très beau livre. » Lire (Belgique)

 

« Camille Laurens tisse son récit de souvenirs et de réflexions personnelles — traitons-nous vraiment mieux les enfants des réfugiés aujourd'hui ? - et nous touche au coeur, avec la plume intense qu'on lui connaît. » ELLE

 

« À l'issue de son enquête, Camille Laurens écrit des pages bouleversantes sur les convergences qu'elle a découvertes entre sa vie et celle du modèle de Degas. » Le Monde des Livres

 

« Camille Laurens, coulant sa complexité intellectuelle dans une simplicité formelle, sa marque de fabrique, donne vie à une oeuvre comme personne. On n'a qu'une envie : relire son ouvrage au musée d'Orsay devant le moulage en bronze de la Petite Danseuse. » Famille chrétienne

 

« Camille Laurens a mis ses pas dans ses chaussons. » Femme actuelle

 

« Elle nous raconte la vie de cette jeune fille, Marie Genevieve Van Goethem, petit rat de l'Opéra de Paris. Elle nous raconte surtout les coulisses peu glorieuses du temple de la danse, les déboires de ces adolescentes pauvres, livrées au «Minautoreparisien» (Théophile Gautier) Peu d'entre elles entraient à l'Opéra, beaucoup devenaient modèles pour des peintres qui en faisaient parfois leurs maîtresses, ou tombaient dans la prostitution. Portrait d'un milieu impitoyable, le roman est aussi celui d'une époque. Qui ne l'était pas moins. » Les Echos Week-end

« Entre récit et essai admirable de simplicité, ce bref ouvrage forme notre regard de spectateur nous apprenant a débusquer I émotion qui, a travers les siècles, vient a notre rencontre. »  Madame Figaro

« Fascinée par cette môme jetée sans ménagements dans l'existence, Camillle Laurens dessine un portrait passionnant de Degas, mais signe aussi un réquisitoire sur la terrible condition de ces petites danseuses offertes en pâture à de riches bourgeois qui faisaient leur marché en coulisses. » Le Parisien

LES AUTEURS

Laurens
Camille Laurens