Pékin 798

Pékin 798
Pékin 798
Parution : 
28/09/2011
Collection : 
Essais - Documents

Beijing 798

ENGLISH TRANSLATION AVAILABLE

798, those three numbers now indicate the most celebrated site for contemporary art in Beijing. An extensive international gallery stands there, exhibiting highly sought-after Chinese artists and attracting the curiosity of crowds of Chinese and foreign visitors.

But 798 is also the name of a colossal arms factory built in the 1950s by East German architects of the Bauhaus school. A model factory with its sports facilities, theatre, childcare and apartments, for an elite workforce. After its decline in the late twentieth century, avant-garde artists – drawn by its aesthetic and the low rent  – took it over, devising installations and often provocative performances, to the amazement of the last few workers and the suspicious concern of the authorities. Since then the site has become official, recognised as a showcase for the “Chinese brand”.

From the symbol of the Great Leap Forward to that of the big jump in financial markets, via the obsessive underground memories of the Mao years emerging through art, Marc Abélès explores with an acutely attentive eye the metamorphoses of these premises and their inhabitants. In so doing, he offers an original take on the relationships between art, politics and the financial markets in China in the age of globalisation.

Marc Abélès is an anthropologist, director of studies at the prestigious EHESS social sciences school and director of the French Interdisciplinary Institute of Anthropology of the Contemporary (CNRS-EHESS). He has written numerous works, most notably Un ethnologue à l’Assemblée (2000), Les Nouveaux riches (2002), L’Échec en politique (2005), Politique de la survie (2006), Le Spectacle du pouvoir (2007) and Anthropologie de la globalisation (2008).

798, ces trois chiffres désignent aujourd’hui le lieu le plus fameux de l’art contemporain à Pékin. De grandes galeries internationales y sont installées, exposant des artistes chinois très côtés et suscitant la curiosité d’une foule de visiteurs, nationaux et étrangers. Mais le 798 est aussi le nom d’une gigantesque usine d’armement construite dans les années 1950 par des architectes est-allemands issus de l’école du Bauhaus. Une usine modèle, avec ses équipements sportifs, son théâtre, sa crèche et ses logements, pour des ouvriers d’élite. Après son déclin, à la fin du xxe siècle, des artistes d’avant-garde séduits par son esthétique et le faible coût des loyers l’avaient investie, réalisant des installations et des performances souvent provocantes, sous les yeux ébahis des derniers ouvriers et le regard méfiant des autorités. Depuis, le lieu s’est officialisé, devenant une vitrine de la « marque Chine ». De l’emblème du Grand bond en avant à celui du grand saut dans le marché, en passant par l’obsédante mémoire souterraine des années Mao qui ressurgit dans l’art, Marc Abélès scrute avec une finesse attentive les métamorphoses du lieu et de ses occupants. Il nous livre ainsi une réflexion originale sur les rapports de l’art, de la politique et du marché, dans la Chine à l’ère de la globalisation.
240 pages
Format :
135 x 215 mm
EAN : 
9782234064812
Prix : 
24.00 €

L'auteur

Marc Abélès

Marc Abélès, anthropologue, directeur d’études à l’EHESS, directeur de l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (CNRS-EHESS), est l’auteur de nombreux ouvrages, notamment Un ethnologue à l’Assemblée (2000), Les Nouveaux riches (...