Appelle-moi Brooklyn

Appelle-moi Brooklyn
Appelle-moi Brooklyn
Auteur
Parution : 
01/04/2009
Collection : 
La cosmopolite

« Eduardo Lago, la dernière grande révélation de la littérature espagnole, est un survivant qui appartient à l’étrange espèce de ceux qui croient encore au pouvoir de la parole écrite. Amour, solitude, amitié et désolation se réunissent dans ce roman qui, par son bagage vital et culturel expérimenté et émouvant, s’apparente à la branche la plus noble de la grande tradition littéraire nord-américaine. »

Enrique Vila-Matas Brooklyn : un quartier de New York qu’ont sublimé les plus grands écrivains, de Paul Auster à Truman Capote en passant par Norman Mailer. Dans Appelle-moi Brooklyn, Eduardo Lago donne lui aussi vie à ce microcosme urbain, avec un roman polyphonique où se confondent les personnages les plus extravagants. 
Tout commence quand Néstor Oliver-Chapman, journaliste, enterre au cimetière danois de Fenners Point son ami, Gal Ackerman, écrivain torturé et alcoolique notoire, qui n’a jamais réussi à terminer son roman, Brooklyn, éparpillé dans des centaines de notes et de carnets. Il va alors décider de le finir à sa place, reconstituant pour lui son histoire éclatée : sa biographie complexe liée à la guerre civile espagnole et son histoire d’amour avec la jeune Nadia Orlov – car ce roman est aussi une déclaration d’amour à Brooklyn, la fille qu’ils n’auront jamais. 
Eduardo Lago met ici en scène un couple excentrique, celui de l’écrivain et de son biographe. Entremêlant leurs voix à la fois sensuelles et décomposées, il ressuscite la mémoire tant individuelle que collective qui ne peut exister que dans ces chassés-croisés de consciences.

432 pages
Format :
140 x 200 mm
EAN : 
9782234061583
Prix : 
20.30 €

L'auteur

Eduardo Lago

Lago
Eduardo Lago est né en 1954 à Madrid. Écrivain, traducteur et critique littéraire, il a obtenu le prix Nadal 2006 pour son premier roman, Appelle-moi Brooklyn. Il vit désormais à New York, où il dirige l’Institut Cervantès et donne des cours de littérature espagnole au Sarah Lawrence...