Une nuit @thecallcenter

Une nuit @thecallcenter
Une nuit @thecallcenter
Parution : 
28/02/2007
Collection : 
Hors collection littérature étrangère
Une nuit de Thanksgiving dans un call center de la banlieue de Delhi. L'agent Sam (de son vrai nom Shyam) tente d'oublier son ex-petite amie Priyanka alors que celle-ci occupe le poste téléphonique juste en face du sien. Vroom, lui, en pince pour Esha, qui est obsédée par l'idée de devenir mannequin (perspective évidente d'une vie plus glamour?). Radikha, jeune mariée tout énamourée, a prouvé son dévouement pour sa belle-famille très conservatrice en ôtant ses jeans pour endosser le sari traditionnel. Tonton Garde-à-vous enfin, retraité de l'armée indienne, qui, contraint de travailler au call center pour arrondir ses fins de mois, exhibe sa solitude - et son caractère bougon !
Forcés de répondre aux questions saugrenues de clients américains peu au fait de la technologie de leur four à micro-ondes, nos héros ne sont cependant pas insensibles aux charmes du consumérisme : pour tenter d'y accéder, ils s'efforcent de se conformer aux désirs assez farfelus d'un manager incompétent.
Tout cela jusqu'à cette fameuse nuit de Thanksgiving au cours de laquelle Dieu en personne va les interpeller - sous la forme d'un coup de fil - afin qu'ils prennent en main leurs destins.
Cette comédie sentimentale rocambolesque compose le portrait d'une part croissante de la population indienne, employée - pour ne pas dire exploitée - par les sociétés occidentales, et notamment américaines. Mais elle s'inspire plus largement des aspirations et des frustrations des armées de travailleurs précaires qui peuplent la planète?
338 pages
Format :
135 x 215 mm
EAN : 
9782234060234
Prix : 
19.80 €

L'auteur

Chetan Bhagat

Chetan Bhagat, qui vient d'avoir trente ans, est devenu l'icône de la jeunesse indienne dès la publication de son premier roman Five Point Someone. L'action se déroulait sur les campus de prestigieuses universités indiennes dont il est lui-même diplômé. Il travaille aujourd'hui à Hong Kong...