Littérature française

« Au moment de rejoindre la maison Stock, et quittant une autre belle maison de littérature, j’ai pensé : quelle en est la couleur, quel en est le visage ? Et c’est bien sûr la Bleue qui m’est apparue, avec sa sobriété, son élégance, et le choix fait uniquement en France d’une seule couleur pour désigner toute une famille d’auteurs. Et quelle famille ! Des voyageurs, des sédentaires, des imaginatifs, de l’autofiction, du réalisme, de la brutalité, de la douceur, des hommes, des femmes.
Tout un mélange qui a donné une partie importante du paysage littéraire français d’aujourd’hui.
Jean-Marc Roberts disait qu’il aimait publier des gens différents, des auteurs qui ne sont pas tous les mêmes. Il avait mille fois raison. Sous la Bleue, ce sont des voix multiples. Je pense que c’est important d’entendre une voix singulière, une différence, un propos venu d’ailleurs (de n’importe quel endroit, de l’Afrique à l’Asie, du Nord au Sud), une vision du monde. C’est rare, c’est précieux. Notre métier consiste à aider cette diversité.
Quand je lis un manuscrit, qu’il s’impose à moi, c’est aussi cette voix que j’entends. J’oublie tout, parfois le bruit du monde s’assourdit. La lecture est une activité asociale, un « vice impuni ». Puis, seulement après, l’éditeur revient, il pense commerce, promotion, succès, et je me dis, allons-y. Et puis on le passe à d’autres, à une équipe, à des libraires, à des lecteurs, on le partage, on le soutient, et si on réussit, cette voix est devenue un concert. Une harmonie. J’espère de tout cœur partager bientôt ces moments avec vous. »

Manuel Carcassonne

Prix littéraires

On n’arrête pas Marie Christine Barrault. Elle court sans jamais cesser de travailler, d’une pièce de thé...
« Fin mai 2022, j’ai acheté, dans un magasin parisien spécialisé dans les randonnées en montagne,...
Déplacer la lune de son orbite
« Je dois énormément à mes parents. Ils ont fait ce que je suis. » Les parents de l’auteur ne sont...
Heureusement elle n'a pas souffert
C’est une histoire d’amour, de vie et de mort. Sur quel autre trépied la littérature danse-t-elle depuis des si...
Son odeur après la pluie
Ils s’appelaient Xu Djin et Liu Lianman, n’avaient jamais vu de montagnes auparavant et encore moins pratiqué l’...
Alpinistes de Mao
À lire l’histoire de Jack Dempsey (1895-1983) on a l’impression d’être face à une légende et...
Portrait de l'Amérique en boxeur amoureux
« Il n’était pas seulement drôle. Il était au-delà. Il était le rire. Il était rire...
Toutes les personnes
« Cet hier qui ne m'appartient pas me manque parfois comme s'il était le mien. Il est vrai que je suis une nostalgique...
La famille de Pantin
Raphaëlle et Anouk ont passé l’hiver dans leur yourte en Gaspésie, hors du temps et du monde. À l’...
Bivouac
« Le Roy se meurt ! » Ce cri résonne par un 15 août 1744 torride dans le Palais du gouverneur de la ville de Metz...
Deux étés 44
« 2018. J’ai vingt ans. J’habite à Paris, je fais des études. Et j’ai, au fond de la gorge, l’...
Rien à perdre
« Ce jour-là, je l’ai discrètement photographié puis j’ai mis l’image en fond d’é...
La filature

Pages

Pages