Dernière cartouche

Dernière cartouche
Dernière cartouche
Parution : 
19/08/2020
Collection : 
La Bleue
We think we know our loved ones. What if we didn’t really know them at all?  
 
In February 1993, Paul des Tures is found dead in his car with a shotgun in his hand. An accident? Suicide? Who was this man whose death makes the local headlines? Louise, his eldest daughter, describes her father: an entrepreneur brimming with ideas he never sees through, a mercurial husband and father who’s always running late and short of money.
She ends up finding out that her father was living a double life. He was in love with a woman under whose loving gaze he could finally be himself without being judged, away from the world of provincial aristocracy in which he grew up. He left behind an inconsolable son painfully like him, a half-brother Louise will come to know.  
 
 
Caroline de Bodinat is a newspaper journalist, and author of a first novel called Marâtre. This caustic, uncompromising and sometimes funny second book condemns social hypocrisy and throws a hand grenade into family secrets.
« Il m’a appris à éviter les au revoir, à détester les quais de gare. 
Quand il m’y accompagnait, il faisait semblant d’oublier l’horaire. Une demi-heure avant le départ, il disparaissait, je m’inquiétais. 
Ma mère, compatissante, disait : ‘‘Tu sais, ton père, ses promesses…’’
La voiture qui se garait devant la maison, sur le trottoir, la faisait taire. Il ouvrait la porte d’entrée, passait une tête et demandait : ‘‘Alors, qu’est-ce que tu bouines ? T’es prête ?’’ […]
Paul des Tures est mort aux alentours de 11h15. En février 1993, le premier mercredi du mois. J’avais vingt-trois ans, je fumais des blondes, lui des brunes sans filtre.
Je suis sa fille aînée. 
J’aurai bientôt son âge. 
Il venait d’avoir cinquante et un ans.
Chez les des Tures, on ne pose pas de questions. […]

Dans ses effets personnels, remis aux ayants droit, il n’y avait qu’un briquet jetable, un trousseau de deux clés de voitures, un autre d’appartement et un petit sachet transparent avec son alliance et sa chevalière, couvertes de sang coagulé. » 

Il a cru qu’il ferait mieux que les autres.
Il pensait que tout allait lui réussir…
Il a fini par appeler son labrador chien de con.
216 pages
EAN : 
9782234084377
Prix : 
19.00 €

L'auteur

Caroline de Bodinat

Caroline de Bodinat est née en 1969, à Orléans. Elle travaille dans la presse écrite. Après un premier roman, Marâtre (2013), elle signe avec Dernière cartouche un livre émouvant, corrosif, à fleur de peau. ...

Vidéos

Dans la même sélection, vous trouverez...