Rue du Pardon

Rue du Pardon
Rue du Pardon
Parution : 
09/05/2019
Collection : 
La Bleue
The fate of a free woman in a country rooted in prohibitions.
 
Hayat grows up on rue du Pardon, a small unassuming street in Marrakech. It’s a poor neighbourhood, but one where spitefulness prospers. Hayat, who was born blonde, provokes sniggering everywhere and shame in her mother. She’s surrounded by a sordid jungle, with an evil-faced father and housewife neighbours who hiss tauntingly like snakes. All these difficulties should get the better of the child but, like a bird leaving its cage, she escapes and comes back to life thanks to Mamyta, the greatest Eastern dancer in the kingdom, a sort of geisha – singer, dancer, instructor, lover. Mamyta is both maligned and admired, and her songs are a combination of the ribald and the sacred. When she dances all sadness evaporates. With her help, Hayat learns how to turn a man’s head, to avenge hostility with charm, and to forge a life for herself.
 
Mahi Binebine is the most famous living painter in Morocco. Originally from a large complicated family, he has been a maths teacher, painter, sculptor and novelist with some ten novels to his name. Les Étoiles de Sidi Moumen (Flammarion 2011) was translated into eight languages and adapted for the screen by Nabil Ayouch with the title Les Chevaux de Dieu  (Awarded a prize at the Cannes Film Festival). His last novel, Le Fou du roi, was translated into six languages.

 
Rue du Pardon : c’est dans cette petite rue très modeste de Marrakech que grandit la narratrice de ce roman, Hayat (« la vie » en arabe). Le quartier est pauvre, seule la méchanceté prospère. Ainsi, Hayat qui est née blonde suscite les ricanements de tous et fiche la honte à sa mère. Une jungle sordide l’entoure, avec un père au visage satanique et des voisines qui persiflent comme des serpents.

Tant de difficultés auraient dû avoir la peau de cette enfant, mais on ne peut pas détruire « la vie ». Comme un oiseau qui sort de sa cage, Hayat s’échappe, et ressuscite grâce à Mamyta, la plus grande danseuse orientale du Royaume. Mamyta est une sorte de geisha – chanteuse, danseuse, entraîneuse, amante. Une femme libre dans un pays fondé sur l’interdit. Elle est de toutes les fêtes, mariages, circoncisions… mais elle danse aussi dans les cabarets populaires fréquentés par les hommes. Dénigrée et admirée à la fois, ses chants sont un mélange de grivois et de sacré. Avec ses danses toute mélancolie disparaît. Hayat découvre comment on fait tourner la tête aux hommes, comment la grâce se venge de l’hostilité, comment on se forge un destin.
En lisant Mahi Binebine, on croit voir ces femmes danser sous nos yeux. Cette histoire est un accomplissement, ce récit un enchantement.
 
160 pages
Format :
140 x 215 mm
EAN : 
9782234087590
Prix : 
16.50 €

L'auteur

Mahi Binebine

Binebine
Mahi Binebine est le peintre le plus connu au Maroc aujourd’hui. D’abord professeur de mathématiques, peintre, sculpteur, romancier, il a publié dix romans.
Les Étoiles de Sidi Moumen (...

Agenda

Binebine
24 Mai 2019
Villa Musée Jean-Honoré Fragonard, Villa Musée Jean-Honoré Fragonard à 18h30