Cyrano, ma vie dans la sienne

Cyrano, ma vie dans la sienne
Cyrano, ma vie dans la sienne
Parution : 
16/11/2011
Collection : 
Littérature Française
Cyrano: My life in his

“A man who is still young, which means no longer quite so young, still in good shape, we could say, in case various minor details implied otherwise, soliloquizes in a bar, draws on a tablecloth – he is a well known actor, at one time very well known even, in the role of Cyrano de Bergerac.
    Since then, if we have a quick “nose through”, everything’s fine, except that in the varied parts he plays and however small or epic the story he’s exploring may be, Cyrano is always there, in the wings, on stage as in life – after three hundred performances at the Théâtre Mogador in 1983, he would play him again in an intimate version conceived by his wife, take the role of De Guiche in Jean-Paul Rappeneau’s legendary film, then direct the play with young actors.
    It isn’t an illness that he wants to cure, but a so-far unsolved enquiry that he wants to pursue… he decides to “take this further than the end of his own nose”.
    Cyrano is integrated into the national memory of France, and touches the heart of each individual. People love it most for the bugle and pizzicato of tears, and they often leave with a lingering desire to find the key to an enigma that felt so clear during the performance.
    An enquiry means having everything at your disposal, not only literature and returning to the scene of the crime, to the heart of the text and to different performances, the DNA of men and roles, but also withdrawing to the country or to the seaside where the expression on a cow’s face, or Éric Tabarly’s or a dead fish’s produces new leads.
And here I am in my sixties, my name is Jacques Weber, born on 23rd August 1949, of Swiss and Belgian extraction with dubious but acceptable national identity,  6’1”, 19 stone at the moment, I have also played Raskolnikov who asks the enquirer Porphyre: What man are you then!? – A man like any other, and you are too!”

« Un homme encore jeune, c’est-à-dire pas tout à fait ; toujours en forme ; souligne-t-on au cas où certains petits détails auraient dit le contraire, soliloque dans un bar, dessine sur une nappe – il est comédien reconnu, un temps même très connu en interprétant le rôle de Cyrano. 
Depuis, “à vue de nez”, tout va bien, sauf que dans les divers rôles qu’il interprète, sa petite ou la grande histoire qu’il traverse, Cyrano est là, en coulisses, sur scène et dans la vie – après trois cents représentations, au théâtre Mogador en 1983, il le rejouera dans une version intime conçue par sa femme, interprétera De Guiche dans le film légendaire de Jean-Paul Rappeneau puis le mettra en scène avec de jeunes acteurs. Ce n’est pas une maladie qu’il veut soigner, mais une enquête inassouvie jusqu’alors qu’il veut poursuivre… il décide d’“aller plus loin que le bout de son nez”. 
Cyrano accompagne la mémoire nationale et touche le coeur de chacun. On y aime d’abord le clairon et les pizzicatis des larmes et bien souvent on laisse traîner dans sa tête le désir vague de retrouver la clef d’une énigme apparue si claire le temps de la représentation. 
Une enquête, c’est tous les moyens mis à votre disposition, aussi bien ceux de la littérature, du retour sur le lieu du crime, au coeur du texte et des représentations, ADN des hommes et des rôles, mais aussi ceux d’une retraite à la campagne ou en bord de mer où le regard d’une vache, celui d’Éric Tabarly ou d’un poisson mort ouvrent d’autres pistes. 
C’est moi le sexagénaire, je m’appelle Jacques Weber, né le 23 août 1949 – origine suisse et belge, identité nationale douteuse mais passable – 1 m 87, 120 kg à ce jour –, j’ai joué aussi Raskolnikov qui demande à l’enquêteur Porphyre : Quel homme êtes-vous donc !? – Un homme comme les autres et vous aussi ! »

Jacques Weber

240 pages
Format :
130 x 185 mm
EAN : 
9782234071711
Prix : 
18.80 €

L'auteur

Jacques Weber

Weber
Jacques Weber a interprété de très nombreux rôles au théâtre, au
cinéma et à la télévision. Il est l’auteur, chez Stock, de Cyrano, ma
vie dans la sienne....