Littérature française

« Au moment de rejoindre la maison Stock, et quittant une autre belle maison de littérature, j’ai pensé : quelle en est la couleur, quel en est le visage ? Et c’est bien sûr la Bleue qui m’est apparue, avec sa sobriété, son élégance, et le choix fait uniquement en France d’une seule couleur pour désigner toute une famille d’auteurs. Et quelle famille ! Des voyageurs, des sédentaires, des imaginatifs, de l’autofiction, du réalisme, de la brutalité, de la douceur, des hommes, des femmes.
Tout un mélange qui a donné une partie importante du paysage littéraire français d’aujourd’hui.
Jean-Marc Roberts disait qu’il aimait publier des gens différents, des auteurs qui ne sont pas tous les mêmes. Il avait mille fois raison. Sous la Bleue, ce sont des voix multiples. Je pense que c’est important d’entendre une voix singulière, une différence, un propos venu d’ailleurs (de n’importe quel endroit, de l’Afrique à l’Asie, du Nord au Sud), une vision du monde. C’est rare, c’est précieux. Notre métier consiste à aider cette diversité.
Quand je lis un manuscrit, qu’il s’impose à moi, c’est aussi cette voix que j’entends. J’oublie tout, parfois le bruit du monde s’assourdit. La lecture est une activité asociale, un « vice impuni ». Puis, seulement après, l’éditeur revient, il pense commerce, promotion, succès, et je me dis, allons-y. Et puis on le passe à d’autres, à une équipe, à des libraires, à des lecteurs, on le partage, on le soutient, et si on réussit, cette voix est devenue un concert. Une harmonie. J’espère de tout cœur partager bientôt ces moments avec vous. »

Manuel Carcassonne

Prix littéraires

« J’ai retrouvé une photo de Kornelia au fond d’un carton de souvenirs dans le grenier de mes parents. Sur une des...
KORNELIA
Elle s’appelait Ginka, elle avait 19 ans. Ce livre est son histoire. Le destin tragique, et nullement romancé, d’une...
A LA RECHERCHE DE GINKA
« Le premier jour d’absence il était descendu à l’heure du déjeuner pour l’attendre dans le...
LA DESERTION
Marc Martouret, jeune banquier né d’une mère russe antisoviétique et d’un père communiste fran...
TOUT LE POUVOIR AUX SOVIETS
« J’ai eu envie d’écrire Toni parce qu’aussi vite qu’un météore, il est venu, puis...
Toni
« J’ai même pas osé mettre la langue la première fois que j’ai embrassé une fille. C’...
Play Boy
« Longtemps, j’ai cru que j’avais été guillotiné dans une vie antérieure. Cet aveu a toutes...
AUTOPORTRAIT A LA GUILLOTINE
« Silence quand il entra, pas un regard sur lui – il aurait pu être un fantôme. Dehors il pleuvait froid, c’...
Bluff
« Quand j’évoque mon père devant ses proches, bientôt trente ans après sa mort, ils sourient...
Les guerres de mon père
« Durant les derniers mois de sa vie, un thème motivait secrètement Emmanuèle, dont elle me parlait à...
LES BOUEES JAUNES
Jean Kahn-Dessertenne, enseignant et philosophe, se donne la mort à 54 ans le 17 avril 1970 en se jetant d’un train. Il laisse...
Jean. Un homme hors du temps
« Pourquoi m’avoir exclue de leur histoire ? Voulaient-ils m’épargner le rôle asservissant de gardienne du...
Fille de révolutionnaires

Pages

Pages