Littérature française

« Au moment de rejoindre la maison Stock, et quittant une autre belle maison de littérature, j’ai pensé : quelle en est la couleur, quel en est le visage ? Et c’est bien sûr la Bleue qui m’est apparue, avec sa sobriété, son élégance, et le choix fait uniquement en France d’une seule couleur pour désigner toute une famille d’auteurs. Et quelle famille ! Des voyageurs, des sédentaires, des imaginatifs, de l’autofiction, du réalisme, de la brutalité, de la douceur, des hommes, des femmes.
Tout un mélange qui a donné une partie importante du paysage littéraire français d’aujourd’hui.
Jean-Marc Roberts disait qu’il aimait publier des gens différents, des auteurs qui ne sont pas tous les mêmes. Il avait mille fois raison. Sous la Bleue, ce sont des voix multiples. Je pense que c’est important d’entendre une voix singulière, une différence, un propos venu d’ailleurs (de n’importe quel endroit, de l’Afrique à l’Asie, du Nord au Sud), une vision du monde. C’est rare, c’est précieux. Notre métier consiste à aider cette diversité.
Quand je lis un manuscrit, qu’il s’impose à moi, c’est aussi cette voix que j’entends. J’oublie tout, parfois le bruit du monde s’assourdit. La lecture est une activité asociale, un « vice impuni ». Puis, seulement après, l’éditeur revient, il pense commerce, promotion, succès, et je me dis, allons-y. Et puis on le passe à d’autres, à une équipe, à des libraires, à des lecteurs, on le partage, on le soutient, et si on réussit, cette voix est devenue un concert. Une harmonie. J’espère de tout cœur partager bientôt ces moments avec vous. »

Manuel Carcassonne

Prix littéraires

Un journal imaginaire de la mère d’Antonin Artaud. Sa vie, qu’elle consacre à essayer de sauver son fils,...
Son fils
369. C’est le nombre de Photomatons que Jacob B’rebi a pris de lui-même entre 1973 et 1974. À quoi pouvaient bien...
Les vies de Jacob
Abel Bac, flic solitaire et bourru, évolue dans une atmosphère étrange depuis qu’il a été suspendu...
Artifices
« Ce livre n’est pas un livre de deuil. Le deuil, c'est après. […] La vivacité du présent...
Le garçon de mon père
« Au jeu des Sept familles, je demande la famille silence. Le grand-père secret. La grand-mère mystère. La m...
La maison des solitudes
« Qu’est-ce qui m’a poussée, jeune fille, à abandonner mes proches, ma maison, ma langue maternelle ?...
Bellissima
Prix Goncourt des lycéens 2021, Prix Femina 2021, Prix Landerneau 2021 C’est l’histoire d’un enfant aux yeux noirs...
S'adapter
« Cette histoire, c’est la mienne, celle de ma grand-mère Marcelle surtout, mais aussi celle de Malou, mon arriè...
Sois la bienvenue
Une femme avance dans la vie avec le souhait de cocher toutes les cases. Magazines féminins et leur lot d’injonctions sous le...
La grenade
« Sur les riches, sur les bourgeois, on croit savoir d’avance, c’est comme les cochons, on ne les aime pas. Selon un...
Deux petites bourgeoises
À mi-chemin entre le « touriste professionnel » et le « reporter à temps partiel », Julien Blanc-Gras...
Envoyé un peu spécial
« Joie, tous les humains deviennent frères lorsque se déploie ton aile douce. » Quatre ans avant 1789, quatre ans...
La passion de la fraternité

Pages

Pages