Littérature française

« Au moment de rejoindre la maison Stock, et quittant une autre belle maison de littérature, j’ai pensé : quelle en est la couleur, quel en est le visage ? Et c’est bien sûr la Bleue qui m’est apparue, avec sa sobriété, son élégance, et le choix fait uniquement en France d’une seule couleur pour désigner toute une famille d’auteurs. Et quelle famille ! Des voyageurs, des sédentaires, des imaginatifs, de l’autofiction, du réalisme, de la brutalité, de la douceur, des hommes, des femmes.
Tout un mélange qui a donné une partie importante du paysage littéraire français d’aujourd’hui.
Jean-Marc Roberts disait qu’il aimait publier des gens différents, des auteurs qui ne sont pas tous les mêmes. Il avait mille fois raison. Sous la Bleue, ce sont des voix multiples. Je pense que c’est important d’entendre une voix singulière, une différence, un propos venu d’ailleurs (de n’importe quel endroit, de l’Afrique à l’Asie, du Nord au Sud), une vision du monde. C’est rare, c’est précieux. Notre métier consiste à aider cette diversité.
Quand je lis un manuscrit, qu’il s’impose à moi, c’est aussi cette voix que j’entends. J’oublie tout, parfois le bruit du monde s’assourdit. La lecture est une activité asociale, un « vice impuni ». Puis, seulement après, l’éditeur revient, il pense commerce, promotion, succès, et je me dis, allons-y. Et puis on le passe à d’autres, à une équipe, à des libraires, à des lecteurs, on le partage, on le soutient, et si on réussit, cette voix est devenue un concert. Une harmonie. J’espère de tout cœur partager bientôt ces moments avec vous. »

Manuel Carcassonne

Prix littéraires

" C’est le prince du En Même Temps, cette stratégie qui, quoi qu’on pense n’est pas moderne : c’...
Beaumarchais, un aventurier de la liberté
André Breton, Jacqueline Lamba, Claude Lévi-Strauss, Victor Serge, photographies de Wifredo Lam, Anna Seghers, ce sont...
Un voyage
Un siècle après son apparition dans le Tour de France – le 19 juillet 1919, sur les épaules d’Eugè...
Mes maillots jaunes
Rue du Pardon : c’est dans cette petite rue très modeste de Marrakech que grandit la narratrice de ce roman, Hayat (« la...
Rue du Pardon
Mourmansk, au Nord du cercle polaire. Sur son lit d’hôpital, Rubin se sait condamné. Seule une énigme le...
Oublier Klara
Il était resté glissé dans la poche intérieure du vieil étui en cuir acheté sur Internet. Un tout...
Je suis le carnet de Dora Maar
Beyrouth, 1982. Avec son Rolleiflex, Alexandra, reporter de guerre, immortalise la folie des hommes. Mais le massacre de Chatila est le...
Trois incendies
« Il faut que je tente quelques pas dehors. Je dévale les escaliers. Par chance, je pourrais tomber, je pourrais me fracasser...
Même pas moi
Tout parle dans une maison d’écrivain pour peu qu’on sache entendre, voir, imaginer. Évelyne Bloch-Dano nous...
Mes maisons d'écrivains
Jbara, petite bergère pauvre des montagnes, en veut un peu à Allah de l’avoir plantée là. Réduite...
Confidences à Allah
« – Madame Silberling ? Une policière balaie la petite salle du regard. Je lui fais signe et la rejoins. – Suivez-...
Pour lui
L’humeur railleuse et le verbe corrosif, Lydie Salvayre se saisit du prétexte d’une nuit passée au musée...
Marcher jusqu'au soir

Pages

Pages