Littérature française

« Au moment de rejoindre la maison Stock, et quittant une autre belle maison de littérature, j’ai pensé : quelle en est la couleur, quel en est le visage ? Et c’est bien sûr la Bleue qui m’est apparue, avec sa sobriété, son élégance, et le choix fait uniquement en France d’une seule couleur pour désigner toute une famille d’auteurs. Et quelle famille ! Des voyageurs, des sédentaires, des imaginatifs, de l’autofiction, du réalisme, de la brutalité, de la douceur, des hommes, des femmes.
Tout un mélange qui a donné une partie importante du paysage littéraire français d’aujourd’hui.
Jean-Marc Roberts disait qu’il aimait publier des gens différents, des auteurs qui ne sont pas tous les mêmes. Il avait mille fois raison. Sous la Bleue, ce sont des voix multiples. Je pense que c’est important d’entendre une voix singulière, une différence, un propos venu d’ailleurs (de n’importe quel endroit, de l’Afrique à l’Asie, du Nord au Sud), une vision du monde. C’est rare, c’est précieux. Notre métier consiste à aider cette diversité.
Quand je lis un manuscrit, qu’il s’impose à moi, c’est aussi cette voix que j’entends. J’oublie tout, parfois le bruit du monde s’assourdit. La lecture est une activité asociale, un « vice impuni ». Puis, seulement après, l’éditeur revient, il pense commerce, promotion, succès, et je me dis, allons-y. Et puis on le passe à d’autres, à une équipe, à des libraires, à des lecteurs, on le partage, on le soutient, et si on réussit, cette voix est devenue un concert. Une harmonie. J’espère de tout cœur partager bientôt ces moments avec vous. »

Manuel Carcassonne

Prix littéraires

« Deux êtres chers, coup sur coup, un jour m'ont quitté. Anna ma mère, puis son fils adoré, Alain, mon frère cadet. Étienne, mon père, s'...
Le plus tard possible
Sa mère partie en maison de retraite, le narrateur décide de ne pas garder la maison de son enfance. Il faut vider et vendre cette maison...
Une maison n'est rien
En pleine forêt du Risoud jurassien, la plus sombre de France, un mur de pierres libres et sèches marque la frontière avec la Suisse. Il s'...
Un mur cache la guerre
Tout a commencé par un constat, une sensation, un sentiment. Le narrateur des mots étrangers qui ressemble à Vassilis Alexakis comme un...
Les mots étrangers
« Certaines personnes restent à l'intérieur de nous. Elles existent dans ce qu'on est, dans ce que nous faisons, dans la manière dont nous...
La vie heureuse
À l?occasion de la sortie du film Pourquoi [pas] le Brésil de Laetitia Masson, le 15 septembre 2004 avec Elsa Zylberstein Pourquoi le...
Pourquoi le Brésil ?
Fanfare se passe au théâtre, le temps d'une représentation des Liaisons dangereuses de Laclos. Le narrateur rentre d'un long séjour en...
Fanfare
Les écrivains ne font pas qu'écrire. Ils rencontrent parfois leurs lecteurs. Le personnage de ce roman s'est laissé convaincre par sa femme...
Les écrivains
Le narrateur, la quarantaine, est hospitalisé en urgence au CHU de Tours pour une maladie dont il ignorait jusqu'au nom : une dissection de...
Est-ce bien la nuit ?
« Ma relecture est terminée. Mon manuscrit a pris des couleurs : du rouge, du noir, du bleu, dont je me suis servi pour corriger. Il est...
Je ne sais pas
En 1950, impatient de mettre ma vie en mots, j'avais publié L'homme humilié , un essai sur les déplacements de populations en Europe (je "...
L'eau grise
Sous ce titre énigmatique emprunté aux arts martiaux japonais, Marc Weitzmann a réuni quelques-uns des articles et entretiens publiés...
28 raisons de se faire détester

Pages

Pages